Vous êtes ici : Accueil >> Informations

Rencontre de Poitiers 2011

Comme promis, voici quelques échos de cette session où nous étions plus de 50 : 4 prêtres, 15 religieuses du Sacré-Cœur et des laïcs d’Italie, de Pologne, de Belgique, du Brésil et de France pour le plus grand nombre.

Réflexions sur la session


Sr Marie-Guyonne- responsable de l'Oeuvre du Sacré-Coeur
Sr Marie-Guyonne- responsable de l’Oeuvre du Sacré-Coeur
Ces quelques lignes tracées dès le retour de la session, vont tenter de vous faire participer à l’allégresse de tous les participants.

« Allégresse » est vraiment le mot !
Dans ’sa maison’, Josefa, bien qu’invisible, était tellement présente ! Sr Marie-Guyonne, l’organisatrice de cette session, a bien perçu son aide discrète, disant que tout s’est agencé comme un puzzle, comme par enchantement… Il est vrai qu’ayant fait appel à la participation active de tous - en ce qui concerne les sujets des exposés et leur contenu - elle se lançait dans l’aventure toujours ‘risquée’ de la confiance !

Les sujets vous seront accessibles peu à peu.

En voici les titres ainsi que leur auteur.



Evaluation finale

Quelques points ont été spécialement relevés (dans mon groupe) :

1. L’ouverture à l’universalité. Comment cela ?

  • Maintenant, Jésus appelle tous les hommes, par tous les chemins possibles et sous tous les cieux. Le Message à Sr Josefa est un appel parmi tant d’autres…Et beaucoup d’apôtres, touchés par l’insistance de Jésus, se sont mis résolument en route pour amener les hommes à son Divin Cœur. Le Père Marot et Madame Alicia Beauvisage ont ouvert la session par leur témoignage, ce qui a ouvert la session immédiatement sur le monde.
    Tous ont été dans une admiration immense de ce qu’ils ont vécu et de ce que Jésus fait en ce temps dans les cœurs- ces ‘temps qui sont les derniers’
    Voyez sur leur site le récit de leur périple extraordinaire en Amérique latine avec les reliques de Ste Marguerite-Marie.
    Site
  • Nos jeunes sœurs de Pologne ont comparé Josefa et Faustine ainsi que le Message reçu, avec leurs caractéristiques. En tant que polonaises, elles aiment Sr Faustine ! En tant que religieuses du Sacré-Coeur, elles aiment Sr Josefa ! Qui pouvait mieux qu’elles se lancer dans cette comparaison. C’était une première ! Une approche très intéressante qui arrive au bon moment, soit quelques semaines avant le 2ème Grand congrès mondial de la Miséricorde, au début d’octobre.
  • Une autre initiative, non moins fructueuse, fut la comparaison entre Josefa et Thérèse de l’Enfant-Jésus. Un regard extrêmement riche que vous découvrirez bientôt, j’espère.

2. La simplicité des interventions que l’on sentait immédiatement fondées sur la vie de chacun. Combien ces exposés nous rejoignaient en profondeur !

3. "Comme une retraite" : Grâce à la richesse des exposés, des temps de prière, des célébrations, du temps d’adoration, des confessions, de l’ambiance particulière de ces lieux si visités par Jésus, la rencontre annoncée comme étant une « session-colloque », a pris rapidement une intensité de retraite … Il faut dire que la présence de 4 prêtres était un cadeau de taille ! Voici les noms :

Père Rémi Denais (Guichen) (FR),
Père Dany Dideberg (Bruxelles)
Père Jean-Yves Jaffré (Paris)
Père Edouard Marot (Bruxelles)

4. La cause de Josefa : le procès de béatification est-il en vue ?

Certes beaucoup de laïcs demandent l’ouverture du procès. Les écrits en espagnol sont à ce jour retranscrits. C’est un pas capital. D’autres étapes sont encore à réaliser.
Mais il est certain qu’on y est de plus en plus sensible. Un pas concret a été fait en fin de session : tous ont signé une lettre destinée au Pape Benoit XVI dans laquelle nous informons le pape de ce que Sr Josefa a été une fille spirituelle du Père Rubio choisi comme patron des JMJ de Madrid. Nés tous deux à Madrid, choisis par Jésus, nous espérons que Josefa sera aussi présentée à cette jeunesse que Jésus cherche à rejoindre par la tendresse de son Cœur. Vous comprenez que nous ne pouvions pas passer à côté de cette magnifique opportunité !

5. En conclusion : Tous ont ce sentiment d’une « urgence », le Seigneur semble vouloir faire vite !... Il est important d’être attentifs à ses inspirations…C’est maintenant le temps de la Miséricorde ! Tous les hommes sont appelés à venir à son Cœur pour s’y réfugier. A nous tous, « les amoureux du Cœur de Jésus » est confiée la tâche de faire connaître que Dieu est Amour !


Signature de la lettre pour Benoît XVI
Signature de la lettre pour Benoît XVI

" Toi, aide-moi dans cette œuvre d’amour "


C’était le thème de cette rencontre : dans un cœur renouvelé, son appel est plus vivant encore…

Une grâce d’union était manifeste… une union dans la diversité des cultures, des personnes…
Et nous repartons sur nos chemins respectifs, tous unis par et dans le Cœur de Jésus !
Sr Monique


Soirée d'adoration et de guérison
Soirée d’adoration et de guérison

Témoignages

    • Enthousiasme

"Cette session a été tout à fait enthousiasmante !
Personnellement, j’avais grand besoin de cette session. En effet, je trouve que la diffusion du Message avance toujours trop lentement, malgré l’urgence des problèmes de l’heure ! Nous nous sommes réchauffés autour d’un bon feu et maintenant nous pouvons repartir plus gaillards malgré la froidure de l’hiver ! Et voici déjà de bonnes nouvelles, le contact avec un lecteur qui se promet d’être un bon prescripteur du Message : un producteur qui veut traduire le DVD en plusieurs langues..."

Christian Auclair (Président de l’Oeuvre du Sacré-Coeur-Poitiers)

    • Fille de Dieu

A la demande de témoignages de sœur Monique, je trouve aujourd’hui le courage de dévoiler mon cœur et surtout les grâces reçues pendant ces quelques jours passés à Poitiers.

J’ai été émerveillée par l’œuvre du Seigneur dans le cœur et la vie des intervenants, ce qu’ils avaient reçu, ce qu’ils avaient compris pour eux-mêmes et le chemin nouveau auquel ils étaient appelés ainsi que tous les participants du colloque.
Le Cœur de Jésus était présent, les messages entendus tout au long des journées nous transperçaient le cœur et l’âme.
Il y avait une très grande communion d’amour entre tous.

Ayant tout remis à Jésus et l’ayant supplié de me faire connaître sa volonté en ce qui concernait ma vie, petit à petit, je n’ai pas eu d’autre choix que de me soumettre, de me remettre totalement dans la Paix de son Sacré Cœur et dans la consolation de son infinie Miséricorde.
La joie m’a habitée tout de suite ainsi que la présence de son Amour infini..
Dans le sacrement de réconciliation, le Seigneur est venu m’apporter avec puissance sa Paix et l’assurance que le salut était pour moi aussi.
Le prêtre a prononcé sur moi une parole de délivrance pour cette méchante culpabilité qui me liait et m’empêchait d’ouvrir mon âme à la Miséricorde Divine.

Maintenant ma joie est grande et mon Amour pour le Seigneur est libéré, je me sens vraie fille de Dieu, fille prodigue que le Père a serrée dans ses bras avec tendresse.

Jacqueline Vallott


A la salle à manger
A la salle à manger

    • Comment vivre le Message par la prière ?

Je m’accroche à mon chapelet, grain après grain ; cela m’aide à être moins distraite. Marie me fait repasser les mystères de la vie de Jésus.. Mon regard intérieur essaie de contempler la scène évangélique alors que les ave défilent doucement.
Josefa voyait Jésus, nous le voyons à travers les mystères du chapelet.`

Le chapelet des Saintes Plaies.

Nous retrouvons là, en raccourci, comme le résumé, l’essentiel, de ces nombreuses prières que Jésus a enseignées à Josefa. C’est tout le mystère de notre salut qui est exprimé là en une ou deux phrases, le mystère central de la Croix, comme aussi de l’Eucharistie. Si nous ne pouvons participer à la Messe autant que nous le voudrions, nous pouvons prier de notre mieux le chapelet de la Miséricorde, comme on aime l’appeler. Et bien insister près du Seigneur, c’est le supplier. N’est-ce pas ce qu’Il attend de nous ? Et sûrs de lui, l’offrir à telle ou telle intention qui nous tient à cœur.

L’Anima Christi
Il fait écho à la prière de Josefa. Répétition d’une phrase… : insister auprès du Seigneur, c’est le supplier.

Chantal

    • Une confiance d’enfant

Fort touchée de façon progressive... L’amour du Christ va jusque dans les chutes mêmes…
Je suis maman de plusieurs enfants… En rue, la dernière, 2 ans, a lâché ma main après une ferme interdiction ! Elle est tombée et tout de suite, elle s’est retournée en me tendant ses 2 petits bras en disant : "Pardon maman !"..
Là, j’ai vécu l’amour du Christ, avec mon cœur de maman, j’ai remercié le bon Dieu ! J’avais éprouvé un grand bonheur d’avoir à pardonner…
L’enfant prodigue était attendu par son père qui courut au-devant de lui… un surcroît perpétuel d’amour..

Nous avons toujours à côté de nous Jésus vivant ! Il faut avoir confiance jusqu’au bout, dans toutes les situations.


Tous à l'écoute...
Tous à l’écoute...

Elisabeth

    • Trop d’amour.

L’image que j’avais de la religion c’était plutôt la rigueur et la crainte (peur)… "Crains Dieu ou va en enfer… !" me disait-on dans mon enfance ! Donc le “Dieu amour” il m’a fallu longtemps avant de le découvrir… Si je dois éviter l’enfer, il faut que je fasse de grands efforts pour le Seigneur, à la force de mes poignets… avec de nombreux échecs, jusqu’au jour où Marie est venue me chercher à la rue du Bac.
Trois jours après, l’on m’invitait à un groupe de prière « Marie, Mère du Seigneur ». Là, j’ai compris que Marie venait à ma rencontre.

Mon premier contact avec « Un Appel à l’Amour », je n’ai pas pu supporter tant d’amour, trop d’amour gratuit, il fallait que je fasse quelque chose, mériter…
S’il n’y avait pas eu tout l’amour et la miséricorde de Dieu où en serais-je ?

"Seigneur donne-moi de faire chaque petite chose avec amour, dispose mon cœur autrement pour que je vive dans cette grâce du Seigneur pour lui gagner des âmes."

Philippe


Visite des lieux
Visite des lieux

    • Partage

J’ai vécu intensément l’expérience de Poitiers et je la partage avec mes sœurs et avec d’autres amis de Josefa. En septembre, à la rentrée des activités de paroisse, je compte partager avec le groupe " Sacré-Cœur" autour du Message. Priez pour nous.

Erminia Oliva

    • Un sérieux engagement !

.... Il faut faire connaître l’Appel à l’Amour de Jésus et sa messagère, notre chère Sr Josefa.
Le fruit de la session pour moi est une plus grande intimité avec Jésus et une confiance sans faille dans sa Miséricorde. Je ne l’avais pas réalisée jusqu’à présent.
J’essaie chaque jour de prendre une heure de prière à partir de 15h (quand le coucou de ma cuisine sonne). Au cours de cette heure, je récite le chapelet des mystères douloureux et le Chemin de Croix, donnés par Jésus à Sr Josefa. En égrenant également le chapelet à la Miséricorde Divine de Sr Faustine, je prie à de multiples intentions.

J’ai beaucoup de peine en pensant que des âmes se perdent et je suis épouvanté que cela arrive à des âmes consacrées !

Guy Mauffrais

    • Un photographe séduit... « Visage de Josefa »

J’ai découvert ’miss Josefa’ dès l’âge de 4 ans (ce cliché est en trop petite dimension pour en obtenir quelque chose) et je l’ai retrouvée, telle une princesse-altesse, siégeant sur le trône du photographe qui ne pouvait que réaliser un cliché superbe ! Distinction, élégance, la pose est parfaite. Une femme à respecter, que l’on ne pourrait tutoyer et qui,par sa beauté, nous séduit…
Sereine, avec un visage illuminé par la douceur qui laisse percer une vraie personnalité au travers d’un regard empreint de bonté.
Cette beauté, elle va nous la voiler mais ce regard épanoui demeure et signe l’être qui a choisi sa voie, celle d’un Dieu à qui tout est dû, semble-t-il…. Pour une vie que j’ignore, elle dévoile sa bonté.
Quel regard conciliant et reposant, où souvent le sourire n’est pas absent.
En observant le cliché (grossissement), Josefa a son œil droit qui remercie le photographe alors que dans le même temps, son œil gauche s’est élevé vers le ciel…
Cette diffraction, si elle n’est pas organique, nous montre à tout le moins le partage qu’elle fait de sa vie… Stupéfiant !


A droite de la photo : chambre de Ste Madeleine-Sophie Barat
A droite de la photo : chambre de Ste Madeleine-Sophie Barat

    • N’ayez pas peur : un témoignage

"... J’ai essayé de comprendre d’où pouvait venir cette peur, si souvent présente dans le cœur de Josefa pour laquelle le Seigneur, puis sa Mère, intervenaient constamment pour la rassurer... "


N'ayez pas peur !
N’ayez pas peur !

 
Plan du site   Mentions légales   Haut de page