Vous êtes ici : Accueil >> La spiritualité du Coeur de Jésus

L’Amour de Jésus pour les hommes

Pour commencer rendons-nous dans le corridor de l’Amour au convent des Feuillants à Poitiers.

Comme Josefa, nous sommes régulièrement absorbées par notre travail quotidien, nos préoccupations sans nous rendre compte de la présence de Jésus à nos côtés….

Le 23 octobre 1920 à la lingerie du couvent des Feuillants, Josefa s’affaire, lorsqu’elle est soudainement visitée par la présence divine de Jésus. Elle lui demande la permission de continuer son travail, exprimant son désir de ne pas Lui causer de peine, mais très vite Josefa ressent du regret pour avoir privilégié son travail sur la présence divine et tente de compenser toute la journée en répétant sans cesse son amour pour Lui.

Le soir, alors qu’elle s’acquitte de ses tâches, elle continue à exprimer son amour pour le divin, qui ne la quitte jamais en pensée. Elle rencontre à nouveau Jésus dans le corridor du couvent, où il lui pose des questions qui semblent avoir une signification plus profonde que leurs réponses littérales.

« - D’où viens-tu ? lui dit-Il. » « De fermer les fenêtres, Seigneur ! » « - Et où vas-tu ? » « Je vais finir, mon Jésus. » « - Tu ne sais pas répondre, Josefa. »

Il lui répond alors : « - Je viens de l’Amour, je vais à l’Amour. Car que tu montes ou que tu descendes, tu es toujours dans mon Cœur qui est l’Abîme de l’Amour ! Je suis avec toi. »

« Je viens de l’Amour, je vais à l’Amour. »  : L’amour de Jésus est un amour divin et inconditionnel, tout ce qu’il fait pour nous est motivé par l’Amour, son but ultime est de propager cet amour pour nous.

« Car que tu montes ou que tu descendes, tu es toujours dans mon Cœur qui est l’Abîme de l’Amour ! » : Peu importe où nous nous trouvons, que ce soit dans les moments de joie (montes) ou dans les moments de tristesse et de difficulté (descendes), nous sommes constamment enveloppés par l’amour de Jésus. Son cœur est décrit comme un “abîme”, un mot qui évoque une profondeur sans fin, pour souligner l’immensité et l’infini de son amour.

« Je suis avec toi. » : Cette affirmation finale renforce la présence constante et rassurante de Jésus. Il nous offre sa sécurité et son soutien quelles que soient les circonstances, il ne nous laisse jamais seul, il nous accompagne de son Amour divin.

Cette rencontre est une affirmation amoureuse de Jésus pour Josefa et pour les homme. Elle est accompagnée d’une clarté radieuse entourant Jésus et illuminant le corridor sombre. Elle symbolise la lumière divine qui éclaire nos ténèbres.
Le “Corridor de l’Amour” est un lieu bien physiquement réel du couvent ainsi qu’une métaphore poétique qui consacre le lieu de leur rencontre, soulignant l’importance de l’amour divin pour nous.

UNE MISSION BIEN PARTICULIERE

Le 30 juin 1921, Jésus confie lors d’une apparition à Josefa un appel puissant à la contemplation, à l’amour et à la miséricorde, il l’invite à reconnaître la profondeur de son Amour et à participer à sa mission de rédemption. Il souligne l’importance de la compassion et de l’offrande de soi dans la vie spirituelle.

« - Regarde mes Plaies, adore-les... baise-les. Ce ne sont pas les âmes qui Me les ont faites, c’est l’Amour ! …. Oui, c’est l’Amour que J’ai pour mes âmes... l’Amour de compassion que J’ai pour les pécheurs.... Ah ! S’ils le savaient ! »

Jésus lui montre les blessures de ses mains et de ses pieds. Ces blessures sont présentées non pas comme le résultat de la crucifixion, mais comme l’expression de l’amour incommensurable de Jésus pour l’humanité.

« - La plus grande récompense que Je puisse donner à une âme c’est de la faire victime de mon Amour et de ma Miséricorde, en la rendant semblable à Moi qui suis la Victime divine pour les pécheurs. »

Le 8 juillet 1921, Jésus élargit la mission de Josefa au-delà d’un seul pécheur, lui confiant la charge de deux autres âmes qui, selon lui, transpercent et déchirent son cœur. Cela montre que la mission de Josefa est continue et qu’elle est appelée à offrir amour et rédemption à un plus grand nombre d’âmes.

« - Ne cesse pas d’unir tes actes aux Miens et d’offrir à mon Père mon Sang précieux … »
« - Vois comme elles transpercent mon Cœur... comme elles déchirent mes Mains ! ... Regarde mon Cœur, Il est tout amour et toute tendresse, mais il y a des âmes qui ne le connaissent pas ! ... »


Le Feu de cet Amour est plus fort que l’indifférence et que l’ingratitude des hommes.

Le 26 février 1922, durant l’Adoration Eucharistique Josefa recueille les désirs et confidences de son Maitre. Le Cœur de Jésus était resplendissant, « - Voilà ce Cœur qui donne la Vie aux âmes - dit-Il. - Le Feu de cet Amour est plus fort que l’indifférence et que l’ingratitude des hommes. » L’Amour de Jésus surpasse tous les défauts humains.

Les paroles de Jésus expriment un désir de réparation et de souffrance pour l’Amour de Dieu, invitant Josefa à puiser la force dans son cœur pour supporter les épreuves. Il y a un appel à la réparation des offenses faites à la majesté divine, et une assurance que la puissance de Jésus soutiendra Josefa dans sa mission de réparation.

« - Les pécheurs Me déchirent et Me remplissent d’amertume.... Ne voudras-tu pas, toi, petite victime que J’ai choisie, réparer tant d’ingratitude ? »
« - Je veux que tu entres aujourd’hui au fond de Mon Cœur. Là, tu trouveras la force de souffrir. Ne pense pas à ta petitesse, mon Cœur est assez puissant pour te soutenir, Il est à toi. Prends en Lui tout ce dont tu as besoin. Consume-toi en Lui. Offre au Père Céleste ce Cœur, ce Sang.... Ne vis plus que de cette vie d’amour, de souffrance et de réparation. »

Le cœur de Jésus est une source de soutien et de puissance, capable de porter tous les fardeaux. Dans son Cœur Sacré nous pouvons puiser tout ce dont nous avons besoin. Mais Cela implique une transformation personnelle par l’Amour et la souffrance, qui sont des moyens de réparation et de rapprochement avec Dieu.
Josefa est appelée à adopter une existence qui reflète pleinement les valeurs et les sacrifices du Christ. C’est un chemin vers la sainteté, marqué par l’Amour inconditionnel et le désir de réparer les torts, en s’alignant sur la mission salvatrice de Jésus.

« Je viens Me réfugier ici, car mes Ames fidèles sont pour mon Cœur ce que sont les remparts pour une cité : elles Me défendent et Me consolent ! » … « Le monde court à sa perte. Je cherche des âmes qui réparent tant d’offenses faites à la Majesté divine et mon Cœur se consume du désir de pardonner.... Oui ! Pardonner à ces fils chéris pour lesquels J’ai versé tout mon Sang.... Pauvres âmes, combien se perdent... combien se précipitent en enfer ! »

 
Plan du site   Mentions légales   Haut de page