Vous êtes ici : Accueil >> Informations

Retour de Rome : le Congrès de la Miséricorde

« Tout homme qui croit en ma Miséricorde l’obtiendra ! »
nous dit Jésus

Du 2 au 6 avril s’est tenu à Rome le
« Congrès apostolique mondial de la Miséricorde »

Si vous désirez « tout savoir » vous rejoignez le site
WACOM

Ici, je vous propose seulement quelques flashs, quelques réflexions…agrémentés de quelques photos. C’est inévitablement incomplet.

Présentation :

Plusieurs religieuses du Sacré-Cœur représentant la France, la Pologne, Malte, l’Italie, la Belgique ont tenu à être présentes à ce Congrès de la Miséricorde : un thème bien au centre de notre vocation et en lien avec le Message qui nous a été confié.
(de gauche à droite) Sr Marie-Guyonne-responsable du Centre Josefa à Poitiers-Maria Teresa de l'équipe de Bruxelles- Sr Chantal ----
(de gauche à droite) Sr Marie-Guyonne-responsable du Centre Josefa à Poitiers-Maria Teresa de l’équipe de Bruxelles- Sr Chantal ----

Lorsque l’annonce de ce Congrès international, en juin dernier, a été publiée, nous avons perçu la nécessité - et la main providentielle - de chercher à donner une place, si petite soit-elle, au Message de Jésus à Sr Josefa. La Miséricorde infinie qui y transparaît à chaque pas, a les mêmes accents que dans le Message confié à Sr Faustine. Quelques années seulement se sont écoulées entre les deux révélations.

Pourquoi parler de révélations privées à un Congrès mondial ?

Le Président du Congrès : le Cardinal Schönborn a posé lui-même la question. « Quelle valeur les révélations privées ont-elles ? » Il répond : « … reconnues par l’Eglise, elles n’appartiennent pas au dépôt de la Foi….. mais elles aident à vivre plus pleinement tel ou tel aspect dans certaines époques.. »

Et il continue :
« Le Message confié à Sr Faustine est un appel authentique du Christ à son Eglise. Nous souhaitons accueillir ensemble cet appel du Christ. Qu’il nous aide à comprendre son souhait. Que les hommes l’entendent, en vivent, l’expérimentent.. »

Jean-Paul II et la nation polonaise


Les congressistes à Saint Jean de Latran
Les congressistes à Saint Jean de Latran

Les deux ont été choisis par le Seigneur pour réaliser son désir : reconnaître son appel, consacrer le monde à la Miséricorde…diffuser ce Message qui doit être la lumière qui éclairera de plus en plus le 21ème siècle et qui doit « préparer le monde au retour du Christ » a dit le Cardinal Dziwisz, présenté comme « une relique vivante » de Jean-Paul II.

JP II a vécu son pontificat comme baigné dans la Miséricorde.

Beaucoup d’écrits soulignent cette caractéristique. L’enracinement et la compréhension qu’il a de la Miséricorde divine s’origine dans les situations poignantes qu’il a vues autour de lui. Il est jeune ouvrier en pleine guerre. Le mal domine, des souffrances inouïes s’étalent sous ses yeux, l’écho d’horreurs lui parvient !..
Que lui dit la Foi ? Ainsi, sa recherche ira croissante et une étincelle jaillira dans son cœur de jeune prêtre : "Seule la Miséricorde du Cœur de Dieu, manifestée en Jésus sur la Croix, peut sauver l’homme ! Oui, au soleil brûlant de la Miséricorde, le mal qui submerge le monde disparaitra totalement ! "
Cette certitude sera le rocher de son inaltérable espérance. C’est pourquoi, il s’écrira au début de son pontificat : « N’ayez pas peur ! » Et ce sera la clef de tout son ministère d’apôtre infatigable…
Au centre de son ministère de pasteur universel, il faut inscrire sans conteste, en lettre d’or : « Dieu est Miséricorde… ».

Au retour de ce Congrès,


Rome vue de la Trinité des Monts
Rome vue de la Trinité des Monts

Je crois pouvoir écrire qu’aucun participant ne rentre chez lui comme avant ! Pourquoi ? Quand Dieu donne sa grâce, c’est pour la partager !
Si, semble-t-il, les congressistes étaient, dans l’ensemble, touchés déjà par cet appel de l’Esprit à manifester au monde cette Miséricorde, ils ont certes quitté Rome avec la conviction, comme le demandait instamment JPII, que tout programme de pastorale pour l’homme d’aujourd’hui devrait proposer, sous de multiples formes d’expérimenter une rencontre du Dieu de Miséricorde : alors l’homme sera sauvé, il pourra ensuite témoigner de cette

Avant d’aller plus tard à la découverte des enseignements donnés par les responsables et divers intervenants du Congrès : voix autorisées, grâce à une expérience souvent extraordinaire, tels Immaculée, Sr Elvira, Daniel-Ange, Monsieur Derville...éclairons davantage à leur contact le sens du mot central, celui de :

MISERICORDE.


Immaculée Ilibagiza- rwandaise- Un témoignage bouleversant
Immaculée Ilibagiza- rwandaise- Un témoignage bouleversant

« La miséricorde est en réalité le noyau central du message évangélique, c’est le nom même de Dieu, le visage par lequel il s’est révélé dans l’ancienne Alliance et pleinement en Jésus-Christ, incarnation de l’amour créateur et rédempteur »Benoît XVI

« L’amour du Christ est toujours plus fort que nos faiblesses car l’amour miséricordieux va à la recherche de l’homme pécheur et le conduit au salut. » JPII

« Dieu créa l’homme pour avoir quelqu’un à qui pardonner  » St Ambroise

Qu’est un « cœur miséricordieux » ? s’interroge St Isaac le Syrien.

"C’est un cœur à l’image et la ressemblance de la Miséricorde de Dieu qui embrasse la totalité de la création. Chez Dieu, il n’y a de haine pour personne, mais seulement un amour qui embrasse tout, car chaque être créé est précieux aux yeux de Dieu qui prend soin de chaque créature, et chacun trouve en lui un Père plein d’amour".

"Le cœur miséricordieux est un cœur qui brûle pour toute la création, les hommes, les oiseaux, les animaux, les démons et pour toute chose créée. Et pour leur restauration, les yeux d’un homme de miséricorde verse des larmes abondantes. Du fait de sa miséricorde forte et véhémente, qui saisit son cœur et de sa grande compassion, son cœur s’humilie et il ne peut pas supporter d’entendre ou de voir des blessures ou la moindre tristesse dans la création."
"C’est pourquoi il offre continuellement des prières accompagnées de larmes même pour des bêtes sans raison, pour les ennemis de la vérité, et pour ceux qui le blessent, afin qu’ils soient protégés et obtiennent miséricorde. Et de même, il prie aussi pour la famille des reptiles, en raison de la grande compassion qui brûle démesurément dans son cœur fait à l’image de Dieu ».
Cité par l’Evêque orthodoxe russe Hilarion Alfeyev

« …Tous, nous sommes dans son Cœur : c’est le lieu de vie de toute l’humanité. Le Cœur de Jésus est à l’origine de tout acte de compassion, de tout geste de miséricorde. La miséricorde suppose de ne jamais laisser quelqu’un dans le besoin. Il fait devenir source de joie pour les autres…La miséricorde est la clef de la paix.. »
Père Daniel-Ange

Comment vivre concrètement cette miséricorde mutuelle ?


Jeunes du Cenacolo : les noces de Cana
Jeunes du Cenacolo : les noces de Cana

Cette expérience de la miséricorde, Sr Elvira la propose en famille. Aux jeunes (anciens drogués) qui reviennent chez eux après un séjour en communauté, elle recommande de ne pas arriver à la maison en disant un simple « Salut papa ! ». Elle leur dit de « courir » littéralement vers leur père et de l’embrasser, « de l’étreindre fortement, en comptant intérieurement jusqu’à sept » : un remède qui, inévitablement, bouleverse le père et l’enfant et fait passer la réconciliation, au-delà des paroles, mieux que des mots. Il faut le faire courageusement, sans attendre, disait-elle. Sinon, après, l’occasion est manquée.

En terminant son intervention,

L’Archevêque de Vienne a prié avec toute l’assemblée en reprenant quelques phrases d’une prière de Sr Faustine :

« Aide-moi, Seigneur, pour que mon cœur soit miséricordieux,
afin que je ressente toutes les souffrances de mon prochain.
Je ne refuserai mon cœur à personne.
Je fréquenterai sincèrement même ceux qui, je le sais,
vont abuser de ma bonté, et moi,
je m’enfermerai dans le Cœur très miséricordieux de Jésus.
Je tairai mes propres souffrances.
Que Ta miséricorde repose en moi, ô mon Seigneur ».

En conclusion de ce Congrès


Au cours de la Célébration Eucharistique en la basilique Saint-Pierre, dimanche matin, le cardinal Schönborn a terminé par ces mots :

« La clef de compréhension » authentique du christianisme se trouve dans le don que le Christ fait de lui-même à l’Eglise et que les chrétiens sont appelés à perpétuer, en diffusant l’amour de Dieu miséricordieux dans le monde.
Voilà le mandat que nous emportons de ces journées : être des témoins, dans notre vie quotidienne, de la divine miséricorde. ..Nous pouvons être des témoins de la miséricorde uniquement si nous faisons nous-mêmes l’expérience de la miséricorde.
Ces journées doivent nous fortifier en cela et nous en donner la force. Mais une telle force ne vient pas de nous mais du Seigneur. C’est sa miséricorde que nous devons connaître pour en témoigner ».


Coucher de soleil sur Rome le 2 avril 08
Coucher de soleil sur Rome le 2 avril 08

Un humble chemin...

Quelle place a finalement reçue le Message de Jésus à Sr Josefa ?
Nous avions eu l’idée de préparer un dépliant en 5 langues…. Oui, mais comment prendre la parole si elle ne vous est pas offerte ? Lorsque nous avons aperçu Mgr Léonard du diocèse de Namur- Belgique, nous avons pensé : "Voilà la petite porte à pousser !". Il a aimablement accepté de présenter le dépliant en quelques mots après son magnifique commentaire, fortement applaudi :

En audio : " Le Cœur du Christ comme source de miséricorde"

Les interventions principales au Congrès sont accessibles en audio !

Un témoignage de nos frères du Tadjikistan :

Le deuxième dimanche de Pâques, consacré à la célébration de la divine Miséricorde, la Mission du Tadjikistan a procédé au couronnement de deux images. Le père Carlos Ávila Ve, a déclaré à cette occasion que la dévotion à la divine Miséricorde est la manière la plus concrète de « prêcher l’amour qui triomphe de la haine ».
" Dorénavant, la petite communauté de fidèles catholiques du Tadjikistan pourra s’adresser à Jésus Miséricordieux avec plus de confiance et d’enthousiasme ".
"Cette dévotion que Notre Seigneur nous a fait parvenir à travers sainte Faustine nous invite à avoir une totale confiance en la miséricorde de Dieu, et à faire preuve de grande miséricorde auprès des autres, par nos paroles, nos actions et nos prières, car même si elle est très forte ‘la foi sans les œuvres ne sert à rien"

Le père Avila estime que c’est une grande grâce de " pouvoir participer à la diffusion de cette dévotion à la divine Miséricorde parmi les hommes d’aujourd’hui chez qui on perçoit non seulement une perte du sens du péché mais aussi un manque crucial de foi et d’espérance dans la Miséricorde de Dieu envers les hommes, spécialement envers ceux qui ont le plus péché ".

La dévotion à la Divine Miséricorde, a-t-il conclu, est " la manière la plus concrète, réelle et efficace de prêcher que la grâce est plus forte que le péché, et que l’amour triomphe de la haine ".
Nieves San Martín

Nos frères d’Asie nous entraînent .... Merci à eux !

 
Plan du site   Mentions légales   Haut de page