Vous êtes ici : Accueil >> Informations

"Consoler le Coeur de Jésus"

NOTRE DERNIER COLLOQUE

Nous l’avons dit : le choix de ce thème était inspiré ! Le monde actuel a un besoin immense de consolation ! Voyez-vous le Père prendre l’humanité sur son coeur ? Ce n’est pas une illusion ! Un père souffre du moindre mal de son enfant... Que dire de notre Père créateur éprouvant jusqu’à la moindre peine, toutes les souffrances de ses enfants qui, dans ces dernières années, deviennent un fardeau insupportable...



Quelques pensées en guise d’introduction :

« Consoler » : con - soler. L’un est seul… je me fais proche de lui… dans sa solitude, dans son attente, dans sa vie remplie de joies, de peines, de souffrances … Et ainsi, nous nous consolerons l’un l’autre....
Jésus, la veille de sa mort, voyant l’immense peine de ses amis, à qui il vient d’annoncer son ultime départ, plein de compassion et ne pouvant se résoudre à les laisser seuls, leur promet « l’Esprit Consolateur » ! Précisément pour les consoler !
Le 5 juin 1920, Josefa ‘voit’ les péchés qui submergent le monde et elle ressent l’intime souffrance du Coeur de Jésus. Elle s’offre alors pour consoler « le Cœur blessé de Jésus  » : une blessure visible… mais combien plus, signe d’une blessure invisible qui fut infligée au Cœur du Père ! « Qu’as-tu fait là » ? dira-t-il à Adam !
Une blessure... une brisure...., une rupture… !
Qui comprendra ? Seule, Marie rendra ‘justice’ au Père… l’aimera parfaitement, comblant ainsi l’imperfection de l’amour humain qui est le nôtre…
Marie ‘consolatrice du Cœur de Dieu ‘Marie ‘ Joie de Dieu ‘. Marie a aimé Dieu plus que toute l’humanité ensemble, elle l’a aimé en notre nom à tous…



Suite de cette présentation de Sr M.D. : "CONSOLER LE COEUR DE JESUS"


Début de session auprès de la tombe de Josefa
Début de session auprès de la tombe de Josefa

C’est au cimetière où repose Soeur Josefa que les participants au colloque ont commencé leur rencontre.
"Un Chemin de Croix" avec paroles extraites du Message, préparé par François, a aidé chacun à prendre la mesure de ce que Josefa avait vécu à la demande de Jésus : partager sa souffrance pour sauver les âmes...


REGARDS EN FIN DE SESSION

  • Tout était très intéressant par une certaine diversité dans les différents propos et c’était une très bonne relecture de l’oeuvre de Josefa. Une découverte pour moi était d’entendre que le Seigneur avait dit à sainte Faustine Kovalska : "Une heure de méditation sur ma douloureuse passion a un plus grand mérite que toute une année de flagellation jusqu’au sang, la méditation de mes plaies douloureuses est d’un grand profit pour toi et me procure une grande joie." Journal de Ste Faustine Nr 369
    Car je n’approuve pas qu’à notre époque on accepte encore ce genre de "punition". Denise
  • Très bien le chemin de croix et le chapelet à la tombe de Josefa. François
  • « Consoler le Coeur de Jésus, c’est être uni à son Cœur, donc à son Amour pour sauver les âmes ». Paul
  • Les thèmes de l’Appel à l’Amour sont merveilleusement innombrables et on ne se lasse pas de relire les phrases de Jésus. Les interventions des autres sont précieuses pour moi car chacun a son éclairage et c’est ainsi que nous enrichissons notre réflexion. Voir si on peut être un peu plus nombreux car d’autres personnes auraient souhaité venir. Marie-France
  • Ce qui nous a le plus touché : le temps vécu au cimetière, la récitation du chapelet, le chemin de Croix.. Nous étions si proches de soeur Josefa !
    Les questions qui suivaient les exposés de chacun étaient des temps d’un grand enrichissement ainsi que la présence de Soeurs du Sacré-Coeur parmi nous. nEdith
  • Les exposés sont vraiment très intéressants… J’ai beaucoup apprécié les offices, le chemin de croix et les chants proposés. Alain
  • Notre Seigneur est consolé quand le pécheur repenti lui donne l’occasion de pardonner. Ce que j’ai compris c’est que Jésus est aussi consolé quand les chrétiens se pardonnent les uns les autres. André
  • Ce qui m’a le plus touché, parlé, sur le thème de la consolation : une compréhension émerveillée que nous sommes appelés à vivre un aujourd’hui d’amour avec un Christ qui est le Verbe du Commencement et du Maranatha. Eliane



  • J’ai beaucoup apprécié cet approfondissement de la réparation et consolation du Coeur de Jésus, cette insistance de Jésus à vivre un coeur à coeur avec Lui me fut très bénéfique. Elisabeth
  • Chaque personne est appelée à consoler le Coeur de Jésus à travers la lumière, la couleur de sa personnalité et le prisme de son vécu. On peut dire à chacun avec le psalmiste : ’Je te bénis pour la merveille que tu es’. Elisabeth
  • Je trouve que le sommet de consolation qu’on peut "se souhaiter pour soi-même" est ce que Josefa écrit la veille de ses voeux 15 juillet 1922 sur une feuille des intentions et désirs : "Embrasez-moi de votre Amour et ne me donnez pas d’autre consolation que celle de consoler votre Coeur."
    Je pense que nous pouvons trouver notre consolation seulement en nous oubliant nous-mêmes, en détournant le regard de nous-mêmes et en le tournant vers Jésus et le prochain pour les consoler. Sr Sophie


Dans la salle des souvenirs. A l'arrière-plan, la Vierge qui parlait à Josefa...
Dans la salle des souvenirs. A l’arrière-plan, la Vierge qui parlait à Josefa...

Dans cet article, faute de pouvoir vous donner les ’travaux’ partagés en colloque, je vous propose le relevé du terme "consoler" dans "Un Appel à l’Amour". Une lecture de tous les passages, dans leur contexte... fait réfléchir. Chaque participant a fait le choix de développer tel ou tel aspect...



 
Plan du site   Mentions légales   Haut de page