Vous êtes ici : Accueil >> Un appel à l’Amour

Fête de la Divine Miséricorde

"Revêtir le manteau de la Miséricorde"

Combien nous pouvons méditer cette parole du Pape François lors de l’ouverture de l’année sainte de la Miséricorde !

“La Miséricorde en actes, et la limite qu’elle impose au mal, est source d’espérance et de consolation pour un grand nombre de personnes de tous âges, de toutes conditions, qui, autour de nous et à travers le monde, portent le poids de tant de souffrances ou de violences”.

Réfléchissons à la façon de revêtir la société du “ manteau de la miséricorde” :

“Jésus a besoin du cœur et des mains de l’homme pour transmettre sa miséricorde”
"En fixant notre regard sur le Seigneur, en nous mettant en parfaite harmonie avec son cœur de Père, nous devenons capables de regarder nos frères avec des yeux nouveaux, dans une attitude de gratuité, de partage, de générosité et de pardon. Tout cela est miséricorde" (Homélie, canonisation de Faustine Kowalska, 2000).



Tableau peint à Vilnius sous la direction de Sr Faustine

En instituant cette fête, le Pape JPII répondait au désir de Jésus exprimé à Sr Faustine en 1931 :


"Je veux qu’il y ait une fête de la Miséricorde. Le dimanche après Pâques sera la fête de la Miséricorde".

"Je désire que cette fête de la Miséricorde soit un recours et un refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour, les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s’approchent de la source de ma miséricorde".

Le 17 août 2002 à Cracovie, au cours de la cérémonie de la dédicace du Sanctuaire de la Divine Miséricorde, le Pape Jean-Paul II recommande :

"Il faut allumer cette étincelle de la grâce de Dieu. Il faut transmettre au monde ce feu de la Miséricorde. En dehors de la Miséricorde de Dieu, il n’y pas d’autre source d’espérance pour le monde."

Nous avons particulièrement besoin de cette annonce qui exprime la confiance dans l’amour tout-puissant de Dieu, à notre époque, où l’homme éprouve des sentiments d’égarement face aux multiples manifestations du mal. Il faut que l’invocation de la miséricorde de Dieu jaillisse du plus profond des cœurs emplis de souffrance, d’appréhension et d’incertitude, mais dans le même temps à la recherche d’une source infaillible d’espérance.
C’est pourquoi nous venons aujourd’hui ici, au sanctuaire de Lagiewniki, pour redécouvrir, dans le Christ, le visage du Père : de Celui qui est "Père des miséricordes et Dieu de toute consolation" (2 Co 1, 3). Avec les yeux de l’âme, nous désirons contempler le regard de Jésus miséricordieux, pour trouver dans la profondeur de ce regard le reflet de sa Vie, ainsi que la lumière de la grâce que, tant de fois déjà, nous avons reçue et que Dieu nous réserve pour tous les jours et pour le dernier jour."

Jésus avait préparé les cœurs depuis bien longtemps, patiemment, à accueillir cette nouvelle manifestation de sa Miséricorde dans nos vies.

Ainsi par Sainte Marguerite-Marie Alacoque, Jésus révéla l’amour infini de son Cœur : cette dévotion prit alors un sens nouveau et si fort qu’elle se répandit dans le monde entier...

Avant de se manifester à Sr Faustine en Pologne, Jésus apparait, dès 1920, durant 4 ans, à

Sœur Josefa Menendez

.
Par ces confidentes, il vient redire à tous, avec insistance, combien sont infinis sa miséricorde et son amour. En retour, il demande la confiance qui attend tout de son Cœur.

"Mes paroles auront une telle force et ma grâce les accompagnera de telle manière, que les plus obstinés seront vaincus par l’Amour.

Je cours après les pécheurs comme la justice après les criminels, elle pour les châtier, moi pour leur pardonner !"

"Si le péché a aveuglé votre cœur, si pour satisfaire vos passions vous êtes tombés dans les plus grands scandales, ne laissez pas le désespoir s’emparer de vous… Comptez sur mon pardon et croyez que vos péchés n’arriveront jamais à dépasser ma miséricorde, car elle est infinie. Venez à moi…"

"N’ayez pas peur de moi ! Que les pécheurs ne me fuient pas ! Venez vous réfugier en moi ! Je vous recevrai avec l’amour le plus tendre et le plus paternel. Et toi, Josefa, n’aie pas peur de ta faiblesse, je te soutiendrai..."

Mon Cœur infiniment sage connait la fragilité humaine, ce qui me pousse à traiter les pauvres pécheurs avec une infinie miséricorde !"

"Si vous voulez me donner la plus grande preuve d’amour, comptez sur mon pardon !"

En lien avec Sr Faustine :

Elle écrit dans son journal :

"J’éprouve une douleur atroce, lorsque j’observe les souffrances du prochain. Toutes les souffrances du prochain se répercutent dans mon cœur ; je porte dans mon cœur leurs angoisses, de sorte qu’elles m’anéantissent également physiquement. Je voudrais que toutes les douleurs retombent sur moi, pour soulager mon prochain" ....

Jean-Paul II commentait :

"Voilà à quel point de partage conduit l’amour lorsqu’il se mesure à l’amour de Dieu ! C’est de cet amour que l’humanité d’aujourd’hui doit s’inspirer pour affronter la crise de sens, les défis des besoins les plus divers, en particulier l’exigence de sauvegarder la dignité de chaque personne humaine. Le message de la divine miséricorde est ainsi, de façon implicite, également un message sur la valeur de chaque homme. Chaque personne est précieuse aux yeux de Dieu, le Christ a donné sa vie pour chacun, le Père fait don à tous de son Esprit et offre l’accès à son intimité."

"Ce message réconfortant s’adresse en particulier à celui qui, touché par une épreuve particulièrement dure ou écrasé par le poids des péchés commis, a perdu toute confiance dans la vie et est tenté de céder au désespoir. C’est à lui que se présente le visage doux du Christ, c’est sur lui qu’arrivent ces rayons qui partent de son cœur et qui illuminent, réchauffent, indiquent le chemin et diffusent l’espérance. Combien d’âmes a déjà réconforté l’invocation : "Jésus, j’ai confiance en Toi", que la Providence a suggérée à Sœur Faustyna ! Cet acte simple d’abandon à Jésus dissipe les nuages les plus épais et fait pénétrer un rayon de lumière dans la vie de chacun."



Prions pour le monde entier

Ô Dieu de grande miséricorde, Bonté infinie,

voilà qu’aujourd’hui l’humanité tout entière appelle,

de l’abîme de sa misère, ta miséricorde, ta pitié, ô Dieu ;

et elle appelle avec la voix puissante de la misère.

Dieu bienveillant, ne rejette pas les prières des exilés de cette terre.

Ô Seigneur, Bonté inconcevable,

tu connais à fond notre misère

et tu sais que nous ne pourrions pas

de nos propres forces nous élever jusqu’à toi.

C’est pourquoi, nous t’en supplions,

devance-nous de ta grâce

et augmente sans cesse en nous ta miséricorde,

afin que nous accomplissions fidèlement ta sainte volonté

durant toute notre vie, ainsi qu’à l’heure de notre mort.

Que la toute-puissance de ta miséricorde nous abrite

des attaques des ennemis de notre salut,

afin que nous attendions avec confiance, comme tes enfants,

ta venue dernière, dont le jour est connu de toi seul.

Et nous nous attendons à recevoir tout

ce qui nous est promis par Jésus, malgré toute notre misère,

car Jésus est notre espérance.

Par son cœur miséricordieux nous passons comme

par les portes ouvertes du ciel.

"O Sang et Eau qui avez jailli du Cœur de Jésus
comme source de Miséricorde pour nous,

nous avons confiance en Vous !"

 
Plan du site   Mentions légales   Haut de page