Vous êtes ici : Accueil >> Le Message et les Religieuses du Sacré-Coeur

Les Feuillants de 1615 à nos jours

1. Monastère cistercien de 1615 à la Révolution française.

Les “Feuillants” étaient des religieux de l’ordre de Citeaux. En 1615, avec l’appui du Roi Louis XIII, ils entrèrent en possession d’un vaste terrain situé à Poitiers, près du Clain. Il était limité au sud par la Rue des Quatre Vents (actuellement rue des Feuillants) et à l’est par la rue du Pré l’Abbesse qui a gardé son nom.
En 1619, la première Messe fut célébrée dans une petite maison qui n’a pas été conservée.



La construction du Monastère s’étendit de 1619 à 1699.
Les moines furent chassés lors de la Révolution française.
Pendant les années qui ont suivi l’adjudication de 1791, la plupart des bâtiments furent détruits. Il ne resta que le bâtiment en fer à cheval qui entoure ce que l’on appelle le préau. Au rez-de-chaussée, c’était une sorte de cloître à trois côtés seulement.

C’est à cette époque que deux personnes de Poitiers, Mlles Chobelet et Bigeu, rachetèrent en partie les locaux restants pour fonder une école : mais la tâche étant trop lourde, elles firent appel à la Mère Barat qui venait de fonder à Amiens, une œuvre semblable à la leur.

2. Couvent du Sacré-Coeur depuis juin 1806

En juin 1806, Madeleine Sophie Barat arriva aux Feuillants avec une compagne.


Petite porte par où est entrée Sainte Madeleine Sophie lors de son arrivée à Poitiers
Petite porte par où est entrée Sainte Madeleine Sophie lors de son arrivée à Poitiers
Elle venait de Grenoble, et reçut un accueil plein de délicatesse et d’humilité de la part des deux demoiselles.
Celles-ci apportèrent à la nouvelle Congrégation, la Société du Sacré-Cœur, leurs personnes et leurs biens.

Un premier noviciat s’ouvrit l’année même, le 8 septembre, avec 11 postulantes.
Pendant 2 ans, la Mère Barat resta Supérieure et Maîtresse des novices, et reprit l’établissement scolaire, sous le nom de « Maison de l’Instruction Chrétienne », le nom de « Sacré-Cœur » ne pouvant être porté ostensiblement.
Dès 1807, une école gratuite fut ouverte à 150 petites filles du quartier.

Une petite partie de la Salle du Chapitre est prise pour ménager un passage entre l’extérieur et le Monastère : c’est le « passage des cloches ».

Le bâtiment longeant la rue du Pré l’Abbesse a été élevé avant 1837 sur les écuries datant du temps des Moines. La grande chapelle, bâtie en 1829, a été consacrée en 1860, par le Cardinal Pie, alors Évêque de Poitiers. Le grand bâtiment, le long de la rue des Feuillants, fut construit en 1859-1860.

En entrant par le « passage des Cloches », on pénètre dans le Cloître Saint Bernard, qui donne sur la cour intérieure ou « préau », et vers le jardin qui descendait jusqu’au Clain. Sur ce Cloître, s’ouvrent les salles voûtées du Monastère :

Salle du Chapitre, devenue réfectoire de la communauté, puis salle à manger des étudiantes.


salle des hôtes
salle des hôtes
La salle des hôtes fut chapelle en 1806,
puis réfectoire des élèves et redevint chapelle vers 1980.
L’escalier de pierre, datant des moines, permet d’accéder au premier étage dans le cloître des cellules, conservé tel qu’il était du temps des moines. La chambre qu’occupait Ste Madeleine Sophie en 1806, ainsi que la salle du 1er noviciat, ont été transformées en oratoire. Elles donnent sur ce cloître.

En 1887, une autre chapelle a été construite pour les élèves de l’externat. Elle servit de lieu de culte pendant les expulsions et devint à partir de 1918 la « Chapelle des Œuvres ». Sœur Josefa Menendez en fut sacristine.
Cette chapelle a été coupée en deux dans le sens de la hauteur.
Les archives de la province de France de la Société du Sacré-Cœur sont actuellement installées dans la partie haute du bâtiment.

« L’œuvre du Sacré-Cœur », chargée de la diffusion du Message, occupe ce qui fut la chapelle proprement dite.
Le rez-de-chaussée, depuis 2003, est affecté à l’Œuvre du Sacré-Cœur, sous le nom de « salle Josefa ». On y trouve des souvenirs de Sœur Josefa : photographies, chemin de croix, la statue de la Vierge et des meubles de sa chambre, vitrine contenant des objets personnels.

Pendant les « expulsions » (1904), la maison fut sauvée par la présidente des anciennes élèves, Mme Aubaret, aidée de celles-ci.
L’institution scolaire s’est maintenue grâce à elles.

Le 25 septembre 1915, à 1H. de la nuit, trois religieuses du Sacré-Cœur reviennent aux Feuillants, bientôt suivies par d’autres et les œuvres reprennent.

En 1919, un nouveau noviciat s’ouvre dans ces lieux. Une jeune espagnole, Josefa Menéndez y arrive et reçoit des grâces très spéciales de Notre-Seigneur qui lui confie son Message d’Amour.

L’institution scolaire a duré jusqu’en 1962, elle fut alors remplacée par un Foyer d’étudiantes, qui occupe les trois étages du bâtiment donnant sur la rue des Feuillants et les deux étages de celui qui longe la rue du Pré l’Abbesse.

Vers 1980, d’importants travaux ont été entrepris pour transformer les locaux de l’ancien monastère en maison pour personnes âgées. Le quartier de l’infirmerie a été médicalisé.

En arrivant à Poitiers en février 1920, Josefa entrait dans une maison qui avait déjà une histoire et donc une âme …
Josefa ne pouvait penser, qu’elle aussi, prendrait sa place dans cette “histoire sainte”...

(Un clic sur les photos ci-dessous)

 
 
 
 
 
 
 
Plan du site   Mentions légales   Haut de page