Vous êtes ici : Accueil >> Informations

29 juin 1920

Une date mémorable



Extrait de la relation de Josefa le 29 juin

Jésus va conduire Josefa plus avant dans son Cœur. Les grâces dont Il l’a comblée en ce mois de juin ne sont qu’un prélude. Josefa écrit au soir du mardi 29 juin :

« L’oraison d’aujourd’hui était sur les trois reniements de saint Pierre, et, comparant ma faiblesse avec la sienne, je pris la résolution de pleurer mes fautes et d’apprendre à aimer comme lui. Si souvent, moi aussi, j’ai promis fidélité !... Mais aujourd’hui, je le fis avec plus de force et plus de décision. _ Oui, Seigneur, je veux être fidèle. Je Vous promets, non seulement de ne rien Vous refuser, mais d’aller au-devant de ce que je saurai Vous plaire le plus.
J’étais ainsi en conversation avec mon Dieu, quand Il me fit entrer dans sa divine Blessure. J’ai vu s’ouvrir le petit passage par où je n’avais pu entrer l’autre jour et Il m’a fait comprendre le bonheur qui m’attend si je suis fidèle à toutes les grâces qu’Il m’a préparées.
Je ne puis bien dire ce que j’ai vu ; c’était une flamme très grande où mon cœur se consumait. Je ne pouvais voir la fin de cet abîme, car c’est un espace immense et plein de lumière. J’étais tellement plongée dans ce que je voyais, que je ne pouvais parler ni rien demander.... L’oraison et une partie de la messe ont ainsi passé... Mais un peu avant l’élévation de la Sainte Hostie, mes yeux... ces pauvres yeux ! ... ont vu mon Bien-Aimé Jésus, l’unique désir de mon âme, mon Seigneur et mon Dieu ! ... son Cœur au milieu d’une flamme très grande... Je ne puis dire ce qui s’est passé, car c’est impossible !... Mais je voudrais que le monde entier connaisse le secret du bonheur. Il n’y a autre chose à faire qu’à aimer et s’abandonner, Jésus se charge du reste.
J’étais ainsi anéantie en présence de tant de beauté, de tant de lumière, quand Il m’a dit ces paroles d’une voix très douce en même temps que très grave :
« De même que Je M’immole en Victime d’Amour, de même, Je veux que tu sois victime : l’amour ne refuse rien. »
Ainsi a passé ce grand moment du ciel, car je ne puis l’appeler autrement. Je ne pouvais dire autre chose que ces mots : "mon Dieu, que voulez-Vous que je fasse ?... Demandez et disposez, car je ne m’appartiens plus, je suis vôtre. Puis, Il disparut."

Au souvenir de cette ineffable visite, Josefa ne peut contenir l’ardeur de son amour, c’est déjà la flamme d’un zèle consumant, car en l’approchant de son Cœur, Notre-Seigneur a laissé déborder sur elle la soif qui Le dévore.
« Jésus écrit-elle - je ne désire plus qu’une chose : que le monde entier Vous connaisse, mais surtout les âmes que Vous avez choisies pour épouses de votre Cœur adorable. Si elles Vous connaissent, elles Vous aimeront, car Vous êtes l’Unique Bien. Embrasez-moi de votre Amour et cela me suffit... embrasez toutes les âmes et c’est assez, car avec l’amour nous courrons vers Vous par le chemin le plus droit. Pour moi, je ne veux autre chose que Vous aimer et Vous aimer toujours plus, Vous seul ! Tout le reste ne me sera qu’un sentier pour aller à Vous. Si je pouvais, même au prix de ma vie, j’amènerais tout le monde à ce divin Foyer !


SAINT PIERRE ET SAINT PAUL
SAINT PIERRE ET SAINT PAUL

 
Plan du site   Mentions légales   Haut de page